Dans les jardins ouvriers

Behren-lès-Forbach, Moselle (1989 – 2013)

Behren-lès-Forbach: Cette cité ouvrière du bassin houiller de Lorraine née dans les années soixante a compté jusqu’à 12000 habitants et 27 nationalités avant que la fermeture des mines de charbon, achevée en 2004, ne la précipite dans la crise.

Dans les temps révolus de plein emploi où les loyers et le chauffage étaient ici gratuits, près de 250 parcelles de jardins familiaux fournissaient sur plusieurs hectares un complément de nourriture et une activité de plein air à ces hommes travaillant tous les jours dans l’obscurité et les poussières de la mine.

Il faut imaginer ces hommes du noir, après leur remontée au jour, sortir de leur appartement de béton et descendre vers le fond du vallon, d’un pas plus léger, pour retrouver l’air vif et retourner la terre argileuse de ce geste universel qui les reliait à leurs origines rurales.

Il faut les imaginer, aujourd’hui encore, récolter avec fierté leurs oignons et leurs choux, tout simplement heureux. Leur parcelle est alors comme une petite île de paix au milieu de l’océan de la mondialisation. Assis devant leur ingénieuse cabane patiemment bricolée, ils rêvent encore. Ils résistent.

Et il faut imaginer le photographe les suivre et regarder, ébloui.